L'arrivée dans un dojo :

La notion de dojo étant orientale, elle est très différente des salles de sport que nous connaissons en occident. Peu de pratiquants savent comment fonctionne un dojo traditionnel. Il faut considérer le dojo comme une entreprise, où chacun connaît son rôle et sa place, ainsi que la place de chaque objet. Comme dans le monde du travail, l'élève postule pour une place dans un dojo et par là même choisit son maître. Mais inversement le maître doit pouvoir avoir une totale confiance en ses élèves, il est donc libre d'accepter ou non de mener quelqu'un sur la " voie ". En effet, dans un dojo on étudie des techniques mais également l'esprit de l'art. Ainsi s'instaure un contrat entre le professeur et l'élève, basé sur le respect mutuel, celui de la discipline et des règles du dojo.

Tout comme un chef d'entreprise le maître est le seul à prendre les décisions concernant le dojo, ce qui ne l'empêche pas de demander à ses élèves de le seconder. Ces responsabilités sont celles des uchi deshi, " apprentis ", les plus proche du senseï qui en principe se destinent un jour à enseigner. Le senseï, ne doit pas être considéré comme un semi-dieu à qui on doit un dévouement total, le terme japonais de senseï, signifie en fait le professeur.

Durant l'apprentissage, l'élève ne doit pas être un simple consommateur. Il doit devenir volontaire, curieux, exigeant, vigilant... dans la tradition, on dit parfois qu'il faut aller voler la technique dans le cœur du maître, ou encore " Quand l'élève est prêt, le maître est là ". La manière de se comporter, de respecter les codes du dojo font partie de l'apprentissage dans les arts martiaux. Ces règles peuvent légèrement varier d'un dojo à l'autre. Si chaque geste a un sens, c'est à chacun de se l'approprier et de le comprendre en fonction de ses propres connaissances. Voici quelques-unes des règles de base que l'on respecte dans le dojo. La liste n'est pas exhaustive, le pratiquant sera accompagné dans son apprentissage par les plus anciens qui lui enseigneront l'attitude correcte :
- On entre dans le dojo avec le pied gauche, en saluant de même qu'en sortant, en direction du shomen.
- On monte sur le tatami propre de corps et de vêtements, les ongles des pieds et des mains coupés, toute blessure ou lésion de peau protégée.
- On monte sur le tatami en pleine possession de ses moyens : sans avoir bu préalablement d'alcool ou pris de substance (drogue, médicament) susceptible d'altérer la vigilance et d'induire un comportement qui rendrait la pratique dangereuse.
- Au moment d'accéder sur le tatami, on range ses zooris, talons contre le tapis, et on salue en direction du shomen.
- On range ses armes pointe et tranchant à l'opposé du shomen.
- On se prépare au salut général en s'habillant correctement, en se rangeant en seiza sur une seule ligne, par ordre croissant d'ancienneté dans la pratique ou dans le dojo.
- Au moment du salut général entre professeur et élèves, ce sont ces derniers qui déclenchent le salut, puis se relèvent après le professeur.
A la fin d'une démonstration, l'élève salue le professeur en seiza alors que lui-même reste debout. On salue son partenaire au début et à la fin de chaque séquence.
- Lorsque le professeur corrige individuellement des élèves, ceux-ci écoutent en seiza et saluent ensuite le professeur à la fin de l'explication.
Si l'on doit sortir du tatami avant la fin du cours, on en informe l'enseignant et on salue le shomen et le professeur. Soyez attentifs au comportement des anciens, vous repérerez petit à petit les règles de l'étiquette.

 

 

 

 

 

 

 

 

Accuel
Le Ki Shin Taï Jutsu
Le Ki Shin Taï Jutsu en photos
Notre Club - contact
Pages infos
Les dernières photos
Hors tatami
Les chroniques d'Hikari
Les liens - remerciements
Evénements divers
A.D.I.A.